Interventions dans la rue - 1969

Le 25 janvier 1969, rue du château d’eau, à Mainvilliers, village d’Eure et Loir situé non loin de Chartres, face à la ferme du numéro 35, Jean-Paul Thenot et quelques amis proposaient le dialogue avec des passants.
Sur le sol de la rue se trouvait une série de pièges à rats de taille croissante, partant des dimensions exactes de la réalité, la ratière que l’on trouve dans le commerce, pour aller jusqu’à un mètre quatre vingt sept de long. Les réflexions et les réponses des passants furent enregistrées, leurs rires, ainsi que les questions naïves et farceuses des enfants qui sortaient de l’école voisine.
Tous les travaux effectués à cette époque avaient comme dénominateur commun le système de la progression, pris dans son sens le plus large. Un certain nombre d’objets, de photographies, de plans cotés avaient été réalisés et quelques actions eurent lieu dans la rue. La proposition dans différents lieux des objets usuels ou courants mais aux dimensions inhabituelles croissantes et décroissantes choquait et provoquait des mises en question.
Aucun écho de tout cela dans les journaux, fussent-ils locaux, car bien sur la presse n’était pas convoquée. Ne subsistent de ces actions que quelques photos prises par un ami, quelques comptes-rendus d’interview, échappés aux destructions successives dues aux déménagements répétés. Sur place, l’incompréhension, les remarques méprisantes cachant les attitudes défensives habituelles des voisins ou amis, furent les réactions ordinaires des situations provoquantes de ce genre.